Qui sont les francs-maçons ?

Personne ne sait avec certitude quand ou comment la Fraternité maçonnique a été formée. Une théorie largement établie parmi les érudits maçonniques est qu'elle a pris naissance au sein d’associations de maçons au cours du Moyen-âge Le langage et les symboles utilisés au cours de rituels de la fraternité émanent de cette époque. Le plus ancien document qui fait référence à des maçons est le poème Regius, publié vers 1390, qui était une copie d'une œuvre précédente. En 1717, quatre loges de Londres ont formé la première Grande Loge d'Angleterre et depuis lors les manuscrits sont plus complets.

En 30 ans, la fraternité s'était répandue dans toute l'Europe et en Amérique coloniale. La franc-maçonnerie est devenue très populaire en Amérique coloniale. George Washington était un franc-maçon, Benjamin Franklin a été le chef de la confrérie, en Pennsylvanie, tout comme Paul Revere et Joseph Warren, au Massachusetts. D'autres maçons bien connus impliqués dans la création de l'Amérique sont John Hancock, John Sullivan, La Fayette, le baron Fredrick von Stuben, Nathanael Greene et John Paul Jones. Un autre maçon, le juge en chef John Marshall a façonné la Cour Suprême telle qu’elle existe sous sa forme actuelle.

Au fil des siècles, la franc-maçonnerie est devenue une fraternité dans le monde entier qui valorise le travail personnel, le perfectionnement personnel et l'amélioration sociale par le biais de l’engagement individuel et la philanthropie. Vers la fin des années 1700, elle a été l'une des organisations qui s’est essentiellement engagée pour la propagation des idéaux des Lumières : la dignité de l'homme et la liberté de l'individu, le droit de toute personne de pratiquer sa religion telle qu’il le souhaite, la constitution de gouvernements démocratiques, et l'importance que revêt l’enseignement public. Les francs-maçons ont soutenu les premières écoles publiques en Europe et en Amérique.

Au cours des années 1800 et au début des années 1900, la franc-maçonnerie a progressé de façon extraordinaire. A cette époque, le gouvernement n'avait fourni aucun « filet de sécurité » sociale. La tradition maçonnique qui consistait à construire des orphelinats, des maisons pour les veuves et des foyers pour personnes âgées constituait pour beaucoup de gens la seule sécurité.

Les francs-maçons d'aujourd'hui participent grandement à une multitude d'activités de services de bienfaisance et communautaires. En fait, la fraternité maçonnique donne généreusement presque 1,5 million $ chaque jour aux organismes de bienfaisance maçonnique et non - maçonnique à l’échelle locale, nationale et internationale. Les causes qu'ils soutiennent vont de la gestion des hôpitaux pour enfants à l’octroi de traitements pour les troubles de langage durant l'enfance, au traitement des maladies oculaires, au financement de la recherche médicale. Ils soutiennent aussi les services communautaires locaux et fournissent des soins aux francs-maçons et à leurs familles au sein de maisons maçonniques.